Visite de la Polynésie Française : notre itinéraire et nos conseils !

Nous y voilà ! 9 mois de préparation, des économies au centime près, des heures et des heures passées sur les blogs et les forums pour avoir un maximum d’avis et de conseils, des appels de plusieurs heures avec Louise (tu sais, notre pote partie vivre depuis 9 mois à Tahiti) et un fichier Excel plus tard, notre voyage est prêt !

Décollage depuis Londres, une escale à Paris et une à Los Angeles et nous voilà arrivés au Paradis sur Terre, l’endroit auquel tout le monde pense quand on dit « soleil, plage de sable fin et cocotiers », j’ai nommé : Tahiti. Mais cet article n’est pas consacré à notre périple mais plutôt à l’organisation et aux différents conseils qu’on peut te donner sur la Polynésie.

Un voyage comme ça, ça se prépare, on ne va pas te le cacher. C’est assez cher et un minimum de préparation est requis. Inutile de te dire que le « oh je verrai là-bas, j’aime l’aventure et les voyages en sac à dos » ne fonctionne pas en Polynésie tant les pensions et les hôtels sont réservés des mois et des mois à l’avance. Crois-en notre expérience, après des échanges avec certains voyageurs, ils ont dû passer plusieurs nuits sur la plage…

Pour nous aider, on a donc travaillé sur un fichier Excel partagé (Google Sheets sur le Drive de Google pour être plus précis) sur lequel était répertorié l’ensemble de nos vols, le planning prévu sur chacune des îles visitées et un onglet « budget prévisionnel » que nous avons laissé tel quel pour que tu puisses t’en inspirer (les prix affichés sont ceux indiqués sur les sites Internet de hôtels/pensions) dans lesquelles nous sommes allés. On te partage notre fichier Drive en mode « lecture » ici pour que tu aies un aperçu de notre itinéraire. Si cela t’intéresse, il te suffit de faire Fichier > Créer une copie pour que tu puisses tout modifier. Les calculs se feront automatiquement (normalement ahah) 😉

Comme tu pourras le voir, on a décidé de se faire plaisir en visitant 7 îles au total (Maupiti, Huahine, Bora-Bora, Tikehau, Fakarava, Moorea et Tahiti), on a donc opté pour un pass « inter-îles » que propose la (seule) compagnie aérienne qui opère là-bas : Air Tahiti. Ce Pass (« Bora-Bora – Tuamotu ») te coûtera aux alentours de 550€ (ça varie en fonction de la saison).

Maintenant que tout cela est dit, voici les conseils et constatations qu’on te donne pour ton prochain voyage en Polynésie :

  • Premier conseil si tu souhaites partir là-bas en vacances, le billet Londres > Papeete est beaucoup moins cher que le Paris > Papeete, environ 300€ de moins en moyenne. Idéal donc si tu as la possibilité de te rendre sur Londres. Nous, nous avons payé 1200€ notre billet, et de Lille, c’est hyper simple car l’Eurostar t’y amène en 1h pour 90€ aller-retour par personne (à condition de réserver 3 mois à l’avance, cela va de soit) ;
  • Il existe aussi des billets qui passent par l’autre côté de la Terre (par Singapour et Auckland) qui sont moins chers (aux environs de 1 000€) mais beaucoup, beaucoup, beaucoup plus long (compte une 40aine d’heures de voyage contre 26h de l’autre côté) ;
  • Lorsqu’on est parti, seules 2 compagnies aériennes permettaient de partir en Polynésie (Air France et Air Tahiti Nui), depuis, la compagnie FrenchBee a vu le jour et propose des tarifs plus bas que ses concurrents, à vérifier donc avant d’acheter ton billet 😉 ;
  • Qui dit escale à Los Angeles, dit ESTA ! Il est indispensable pour fouler le sol américain, même pour une escale de quelques heures ! Donc si tu ne veux faire un retour express vers Paris, on te conseille de t’y prendre à l’avance pour te procurer ce visa qui te coûtera 14$ via le site Internet et sera valable 2 ans ;
  • Si tu n’es pas plongeur, on t’invite vraiment à passer ton niveau 1 (minimum) en France avant de partir là-bas ! En effet, les plongées occuperont pas mal de ton temps sur place et te permettront de côtoyer les plus beaux spécimens de Requins (gris, citron, marteau, tigre…), de Raies (Manta, Pastenague, Léopard…) et de poissons plus colorés les uns que les autres ! Juste magnifique !
  • En Polynésie, il y a beaucoup de « pensions », ce sont des habitants qui fournissent le gîte et le couvert (demi-pension ou pension complète) pour des tarifs plus bas que les hôtels. Il y a très peu d’AirBnB pour l’instant car les pensions règnent en maîtres ! Certaines îles comme Maupiti, ne disposent même pas d’hôtels… ton passage chez l’habitant sera obligatoire ;
  • Les Polynésiens sont hyper accueillants ! Toujours le sourire aux lèvres, ils te feront un signe de la main ou te salueront d’un « ia ora na » dès que tu croiseras leur chemin. Ici, tu peux oublier le vouvoiement, tout le monde se tutoie ! (C’est d’ailleurs très difficile au début de dire « s’il te plaît » au lieu du « s’il vous plaît » de rigueur !) ;
  • Prévois de l’anti-moustiques (du vrai ! On s’est littéralement fait dévorés les premiers jours, c’était horrible pour nos pauvres jambes et bras…) ;
  • Tu verras, les îles de la Polynésie sont peuplées d’animaux errants (des chiens, des chats et des poules/coqs surtout). Rassure-toi, ils viennent très rarement t’embêter mais si tu es allergique, prévois en conséquence 😉 ;
  • Si tu veux un tampon sur ton passeport (hé oui, ce n’est pas obligatoire vu que c’est la France), tu peux le demander aux escales, le personnel au sol a l’habitude et te donne facilement le tampon (on a été déçu de celui de Bora-Bora, tout simple et pas très joli !) ;
  • Prévois du liquide ! En Polynésie, tu ne paies pas en € mais en Francs Pacifique (1€ = 120 Francs Pacifique environ). Seul bémol, très peu d’îles sont équipées en distributeurs automatiques (sauf les grandes comme Tahiti ou encore Bora-Bora…) et rares sont les commerces ou pensions qui acceptent les paiements par carte bleue. Les pensions ou activités t’alerteront à la réservation mais il est préférable de tout retirer sur place, en une fois, le jour de ton arrivée sur Papeete (Tahiti) ;
  • Les aéroports sur les petites îles (comprendre « tous les aéroports sauf ceux de Tahiti, Bora-Bora et Moorea) sont à l’anciennes (on n’en dit pas plus, tu verras par toi-même) ! Si ta valise dépasse de quelques kilos, ils n’en tiendront pas rigueur. Tu peux même prendre du liquide dans ton bagage à main, c’est dire ;
  • En parlant d’avion, les vols que nous avons pris sont très courts (de l’ordre de 15-20 min ou 1h15 maximum) dans des petits avions au confort sommaire (#Malauculcul) ! Un verre de jus de fruits « Rotui » (fait en Polynésie) te sera proposé pour les vols de plus de 30 min au départ ou à l’arrivée de Tahiti et Moorea ;
  • Dans les avions inter-îles, le plus souvent, il est préférable de se mettre sur la gauche de l’appareil (quand tu regardes vers le pilote) : les lagons sont bien visibles et juste dingues vus du ciel ;
  • Crème solaire : tartine-toi dès le matin de crème solaire indice 50, même si, comme Ben, tu as l’habitude d’être au soleil et que tu bronzes facilement, le soleil est vraiment traitre ! Tu peux donc oublier ta graisse à traire ou ton MonoÏ (sauf pour le mettre en après-soleil). Nous, on a opté pour la game solaire Corine de Farme au Monoï (histoire d’être déjà dans l’ambiance ahah) ;
  • Prévois des cartes SD (ou micro SD) à foison : tu auras envie de tout photographier et aura beaucoup de mal à faire une sélection ! (En une semaine, on était déjà à plus de 25 Go de photos/vidéos…) ;
  • Du poisson tu mangeras (beaucoup beaucoup) : Ben ne mange jamais de poisson en Métropole. À notre arrivée, pas le choix, obligé de s’acclimater : ici, tu manges du poisson à tous les repas (souvent du thon rouge ou blanc, cru ou cuit). Les plats sont hyper riches (les Polynésiens mangent bien à la cantine) donc si tu pensais faire régime, c’est perdu ! ;
  • Il y a 11 ou 12h de décalage horaire (quand il est jeudi 20h en France, il n’est que jeudi 8h du matin en Polynésie (en heure d’été) ce qui est canon dans ce sens puisque tu te lèves méga tôt et peux profiter au max de tes vacances ! Du coup, on ne saura que te conseiller de luter un maximum pour ne pas t’endormir dans l’avion et dormir tout le temps du « Los Angeles > Papeete » si tu arrives à Papeete à 5h du matin (et l’inverse si tu arrives à 23h donc) ;
  • Des fleurs fraîches sont mises un peu partout (Toilettes publiques, sur les tables au resto ou chez l’habitant, dans les chambres…) ! Ce qui rend les lieux publics hyper chaleureux et l’odeur qui s’en dégage te rappelle à chaque fois où tu es 🙂
  • Des fleurs, toujours des fleurs ! À chaque arrivée quelque part, un collier de fleurs de Tiare (le plus souvent) te sera offert en signe de bienvenue. À ton départ, un collier de coquillages viendra remplacer le premier. Tu remarqueras aussi que les tahitiens portent souvent des fleurs aux oreilles : à gauche, elle signifie que tu es en couple, à droite, que tu es célibataire (hé ouais, nos soirées étudiantes n’ont rien inventé ! héhé).

Voilà pour notre itinéraire et nos conseils, on espère que ça t’auras appris plein de choses et si ce n’était pas le cas, n’hésite pas à nous poser des questions en commentaire ou via Instagram, Facebook, Twitter ou notre adresse mail 😉 !

Maintenant, si tu veux savoir ce qu’il y a à faire sur les différentes îles que nous avons visitées, c’est par ici (on mettra à jour au fur et à mesure de la rédaction de nos articles ahah) :

Et pour finir, on te laisse avec un petit lexique Tahitien (tu verras, plein de mots sont à connaître car utilisés régulièrement). Leur alphabet ne comporte que 14 lettres (5 voyelles et 9 consonnes) et toutes les lettres se prononcent :

  • Bonjour = ‘ia ora na
  • Au revoir = nana
  • Merci = māuruuru
  • Bienvenue = maeva
  • Tchin-Tchin = manuia !
  • Bon appétit = tama’a maita’i
  • Homme = tane
  • Femme = vaine
  • Fleur = tiare
  • Île = motu
  • Océan = moana
  • Pirogue = va’a
  • Amour = hère
  • Je t’aime = Ua hère vau ia oe
  • Docteur = taote
  • « Mon pays » (lorsqu’ils parlent de la Polynésie) = mon fenua
  • Les métropolitains (les « blancs ») = popa’a (littéralement, ça signifie « blanc à la peau qui brûle)
  • Avion = manureva
  • Ennuyeux = fiu (utilisé à toutes les sauces en mode : « Je suis fiu » = je suis fatigué, j’en ai assez / « T’es fiu » = t’es pénible / C’est fiu: c’est relou
  • Bonus : Tongs = Savattes